christina-ricci

7h: l'alarme du téléphone retentit, mes yeux s'entrouvent et j'essaye de mettre mes idées embrumées au clair quand...

Révélation. Il est de retour. Toujours aussi angoissant et impitoyable. Le mercredi.

Je savais qu'il allait revenir. Il me guettait de loin depuis deux semaines.

C'était inévitable. 

Un  mercredi sur deux je vis un sprint d'une journée entière. Et le plus dégueulasse c'est que non seulement c'est la course mais je ne perds pas un gramme! Injustice!

J'ai remis le réveil jusqu'à 7h45 pour roupiller encore un peu. Mais les marmot(te)s qui ont fait la bringue jusqu'à 22h à coups de pipis, verre d'eau et autres terreurs du monstre du placard ne sont pas décidés à se lever à l'heure où j'envisage enfin de sauter du lit.

Je tente d'abord la méthode douce. Bisou, câlin, "Mon coeur on se lève c'est le jouuuur".

 

giphy

 

Un énorme mistral traverse la chambre.

Même chose un peu plus fort. "Allez mon coeur on se lève". Le mistral repasse.

J'ai pas pris de café. Les nains ne répondent pas. Et j'ai pris du retard. Autant te dire que ma patience est entrain de se faire les ongles au lieu de m'épauler.

"Bon alllezzzzz tu te lèves là maintenant, on est à la bourre, t'avais qu'à t'endormir de bonne heure!!!"

 

giphy (1)

 

Chez moi c'est pas Disney le matin et ce qui sort de ma bouche est très éloigné du chant des oiseaux.

Plutôt que le son c'est l'odeur qui est capable de réveiller l'immeuble.

Passons.

8h35 ; Après avoir été à la chasse au trésor à la culotte propre et avoir opté pour les chaussettes de la veille parce que plus une seule paire propre ne reposait dans le tiroir, les enfants ont "vaguement" lavé leurs dents (soupçons de mouillage de brosse à dents pour faire genre).

Pendant ce temps je faisais mon shampoing en quatrième vitesse squizzant la case maquillage embarquant par la suite ma trousse de toilette pour me refaire une beauté à ma pause matinale. Il est plus que l'heure de partir.

"Je mets quelles chaussures?" "Je m'en fous Celles d'hier!!"

"Il est où mon gilet?" "Dans ton c....euuuh dans ton cartable!!"

"On est encore en retard maman?" "Oui mon chéri on va encore devoir courir dans la rue avec vos lourds cartables et mes talons de chez le chinois"

Choupie et Boubou sont ejectés déposés à l'école et moi je bats des records de vitesse pour essayer enfin de ressembler à une employée ponctuelle.

Peine perdue, le camion poubelle m'escorte sur deux patés de maison, je me paye tous les feux rouges et il y a eu un accident sur la rocade (faut dire que les gens roulent tellement vite...!!).

C'est avec 10 minutes de retard que j'arrive essouflée au taf, pas maquillée pour assister à la réunion hebdomadaire du grand patron. Tout est sous contrôle.

11h15 Déjà l'heure de rejouer à Schumacher. Presque une demi-heure dans ma voiture pour récupérer la marmaille à la sortie de l'école et retaper le même temps de trajet pour les déposer à ma grand-mère qui fera office de nounou pour l'aprem. Jusque là tu suis encore?

Pas le temps de niaiser, le mercredi midi c'est repas partagé avec les adhérents de mon asso. J'y retourne. Et j'ai même pas eu le temps de m'allumer une clope.

La journée se poursuit, je suis sur les rotules, d'administratif en temps forts, je ponctue le tout par de grands baillements rapprochés. 

17h30 j'ai survécu à la réunion de fin de journée en me grattant la tête, en me frottant les yeux ou en me pinçant le téton (non je plaisante, m'enfin ce serait pas con pour se tenir éveillée tiens!)

18h Comme d'ordinaire j'arrive à l'heure de la Capoiera chez mamie. Boubou sera donc en retard (étrange, ce n'est tellement pas dans nos habitudes...!).

Le temps de les décrocher de la VHS (oui oui!) de "Bernard et le monstre" (collector les mecs), de leur demander 12 fois de mettre leurs chaussures, on remet la clé dans le contact et on continue le marathon.

Jusqu'à 19h30/19h45 le zombie courageux qui ressemble à mon fiston se démène à son cours de Capoiera. C'est l'heure de la mère gateuse qui snap son fils sous tous les angles, pleine d'admiration de le voir se tenter à un coup de pied rotatif sous une chaleur de plomb pendant qu'elle même ne sait même plus mettre un pied devant l'autre.

 

bloggif_59419c189fe42

Retour at home. Tu sais ce que c'est. Le bain, la bouffe (bon j'ai le droit au panier repas de supermamie à chaque fois toujours composé de pâtes, jambon, tomates cerise et petits filous avec supplément céréales pour le ptit dej), les disputes de celui qui se lavera en premier, la traine du soir, pipis, verre d'eau et monstre du placard.

Câlin, petits bonheurs de la journée, il est déjà trop tard

Ils sont couchés. Mon appart c'est Tchernobyl mais je m'en bats les glaouis. 

Je te fais une confidence. Une fois que Morphée est passé, c'est sur la pointe des pieds que je fais demi-tour pour leur rendre visite.

Il n'y a plus de retard, plus de cris, la nuit a avalé tout le stress de ce mercredi.

Là, au milieu de leurs rêves enfantins, je colle mon museau sur leur petite joue, je respire, je me colle contre eux. 

ça sent bon l'amour, l'apaisement. L'essentiel. *soupir*